Caractères, le festival international du livre revient ce week-end à Auxerre !

affiche caractères
©Association Auxerre Livres et Eric Guet.

Du 22 au 24 mai aura lieu la 2ème édition du Festival Caractères à l’Abbaye Saint-Germain à Auxerre. C’est l’occasion de faire une plongée dans la littérature contemporaine internationale et originale, mais aussi dans le monde actuel et ses problématiques. Echanges et débats en perspective… Caractères est un festival littéraire créé en 2014 et géré par l’Association Auxerre Livres, présidé par Isabelle Poifol-Ferreira. Déjà, la première édition avait réuni un milliers de spectateurs sur trois jours. Aussi, cette année la recette n’a pas changé. Grégoire Courtois, programmateur de l’évènement et gérant de la librairie Obliques, a réuni une douzaine d’auteurs venus du monde entier. Le déjà très beau cloître de l’abbaye Saint-Germain, rempli de transats pour l’occasion, va raisonner ce week-end de conversations qui promettent d’être riches et étonnantes, si l’on en juge par les personnalités invitées…

photo Eric Guet
Les festivités ont commencé dans le cloître de l’Abbaye Saint-Germain. ©Eric Guet.

A l’honneur

Cette année c’est l’espagnol José Carlos Somoza qui est l’invité d’honneur du festival. Psychiatre espagnol, l’homme s’est d’abord intéressé aux tréfonds de l’âme humaine avant de se consacrer à l’écriture de romans énigmatiques comme La Caverne des Idées, sorte de polar antique à double enquête, celle du héros et celle du traducteur. Son dernier ouvrage, Le Tétraméron, est un roman initiatique ou les récits s’imbriquent dans une ambiance gothique et sombre. Grégoire Courtois reviendra sur son œuvre, en présence de l’écrivain, lors d’une rencontre samedi 23 mai à 17h30. la-caverne-des-idees-61934 A l’honneur également, les éditions Mirobole, jeune maison qui déniche des romans et polars étrangers originaux et inclassables ! Ses deux collections annuelles explorent le roman noir et la littérature fantastique. Quatre auteurs les représenteront en ces trois jours dont le moldave Vladimir Lortchenkov et son roman à l’humour noir et tranchant Des Mille et Une façons de quitter la Moldavie, qui aura la parole samedi à 15h. Moldavie

Programme des réjouissances

Vendredi, le festival s’ouvrira par une rencontre autour du roman tunisien francophone et fera une large place à l’actualité de ce pays avec les auteurs Ali Bécheur et Azza Filali. Tous deux amoureux de la langue française, leurs ouvrages sont encore peu connus de ce côté de la Méditerranée. Cette rencontre culturelle sera animée par Emmanuel Khérad, journaliste à France Inter. Samedi et dimanche à 11h auront lieu des rencontres informelles et conviviales autour d’un brunch, grâce au point restauration installé dans le cloître tout le week-end, et des lectures d’extraits des romans des auteurs invités. Le samedi après-midi sera riche en découvertes. Une première table ronde à 14h sera consacrée au nouveau journal hebdomadaire d’actualités au format original,le 1. Eric Fottorino sera présent pour présenter ce format original. Le journal se consacre chaque semaine à un thème d’actualité et laisse la parole à des écrivains. Loin du zapping actuel, le sujet est traité en profondeur et sous des angles différents. La littérature tchèque fera l’objet d’une autre table ronde samedi à 16h, qui promet d’être riche en émotions tant les deux auteurs invités, Patrik Ourednik et Michal Ajvaz, sont différents. Le premier s’intéressera au thème de l’histoire en revenant sur son chef d’oeuvre Europeana, une brève histoire du XXè siècle, déjantée et décalée, mais toujours vraie ! Europeana La première table ronde du dimanche après-midi s’ouvrira sur le thème du voyage au travers des romans de l’auteur russe Yana Vagner et de l’irlandais Dov Lynch. Tous deux, à leur manière, traitent du voyage comme une fuite ou une quête face aux enjeux politiques et sociaux qui résonnent en leur héros. La journée se poursuivra par une rencontre avec Inger Wolf, reine du polar scandinave et se terminera par un dernière table ronde consacrée à la vie cachée des livres où les lectures multiples, les énigmes qui nous résistent et les jeux de construction littéraire feront l’objet de discussions. Durant tout le festival vous pourrez également trouver dans le cloître un point restauration pour faire une pause, ainsi que des animations pour les enfants réalisées par les associations « Lire et faire lire » et « L’idée ludique ». Des comédiens liront ponctuellement des extraits de romans. Dimanche, de 14h à 17h, petits et grands pourront fabriquer leur propre marque-page en compagnie de Frédérique Hervé. Bien sûr vous pourrez retrouvez vos livres préférés sur les tables des librairies Obliques (Auxerre) et l’Autre Monde (Avallon). Retrouver ici le programme complet de l’évènement. Vous pourrez me retrouver samedi et dimanche parmi les nombreux bénévoles du festival !

Bonne découverte littéraire !

Dis moi 10 mots… de Stéphane Mallarmé

affiche francophonie Cette semaine, comme chaque année à la même période, nous célébrons la langue française et la francophonie ! Voici une belle occasion de plonger au cœur de notre langue et de s’attarder sur les mots d’un célèbre poète bourguignon, Stéphane Mallarmé.

Mallarmé, « prince des poètes »

Stéphane Mallarmé est né à Paris en 1842, mais c’est dans l’Yonne qu’il passe une partie de sa jeunesse. Elève au lycée de Sens, il développe un goût précoce pour la littérature et écrit ses premiers textes poétiques à l’âge de quinze ans ! Influencé par Victor Hugo, Théophile Gautier et Charles Baudelaire, le jeune élève apprend l’anglais pour lire Poe dans le texte. En 1863 il devient professeur d’anglais, un travail qui lui permet de vivre, mais guère de s’épanouir.

Manet, portrait de stéphane mallarmé
Portrait de Stéphane Mallarmé, Edouard Manet, huile sur toile, 1876. Musée d’Orsay, Paris. ©RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

En 1862 Mallarmé publie ses premiers poèmes et rencontre sa future épouse à Sens. Les années 1860 sont une période féconde pour l’écrivain qui rédige ses textes les plus connus : L’après-midi d’un faune, Les Fleurs, L’Azur… Nommé professeur à Paris en 1871, le jeune écrivain perce les milieux littéraires de la capitale. Sa rencontre avec Edouard Manet en 1873 lui ouvre les portes des ateliers impressionnistes. Il se lie d’amitié avec Berthe Morisot et Julie Manet. Les années 1880 marquent sa reconnaissance dans le milieu littéraire. Il devient même le représentant de la littérature décadente avant d’être désigné chef de file du mouvement symboliste. Rejetant le réalisme de l’époque, il construit son langage poétique en usant de symboles et d’analogies pour dépasser la réalité visible par l’évocation d’idées abstraites et d’états d’âmes. Il devient « le prince des poètes » et reçoit l’élite intellectuelle de son temps dans son salon parisien du mardi.

Les poèmes-éventails

Durant les quinze dernières années de sa vie, Mallarmé produit un art original en inscrivant ses poèmes sur des éventails. Généralement destinés aux femmes qui l’entourent, ces poèmes courts mais ciselés sont dits « de circonstances », car offerts à des moments particuliers de la vie.

Autre-eventail-de-Mademoiselle-Mallarme
Autre éventail de Mademoiselle Mallarmé, Stéphane Mallarmé, vers 1884, Coll. Musée Départemental Stéphane Mallarmé, Vulaines-sur-Seine. © Y.Bourhis DAPMD/CG77 – D.R.

L’éventail qu’il offre à sa fille Geneviève vers 1884, alors que la demoiselle est âgée d’une vingtaine d’années, est l’un de ses chefs d’oeuvre selon Paul Valéry. Le poème évoque toute l’affection de l’écrivain pour sa fille, avec qui il est très complice, et le passage de la jeunesse à l’âge adulte. Il faut dire que Mallarmé a toujours vécu entouré de femmes et semble fasciné par leur univers. Ici le fond poétique de l’oeuvre rejoint la forme délicate de l’éventail, accessoire féminin par excellence, indispensable compagnon des toilettes de l’époque.

Autre éventail de Mademoiselle Mallarmé, Stéphane Mallarmé

O rêveuse, pour que je plonge Au pur délice sans chemin, Sache, par un subtil mensonge, Garder mon aile dans la main. Une fraîcheur de crépuscule Te vient à chaque battement Dont le coup prisonnier recule L’horizon délicatement. Chaste jeu ! voici que frissonne L’espace comme un grand baiser Qui, de n’être éclos pour personne, Ne peut jaillir ni s’apaiser. Sens-tu le paradis farouche, Ainsi qu’un rire enseveli, Se couler du coin de ta bouche Au fond de l’unanime pli ! Le sceptre des rivages roses Stagnants sur les soirs d’or ! ce l’est, Ce blanc vol fermé que tu poses Contre le feu d’un bracelet.

Geneviève Mallarmé, Nadar, 1900
Geneviève Mallarmé photographiée par Nadar vers 1900

Voici un poème dont les mots, précis, riches et évocateurs, nous happent. Au delà des mots, ce sont des odeurs, des couleurs, des textures et même la chaleur que nous évoquent ces vers.

Le livre en Bourgogne

Célébrer la langue française, les mots et les écrits, revient à s’intéresser à la filière du livre en Bourgogne. En effet les industries culturelles subissent depuis plusieurs années déjà la concurrence d’internet, du livre numérique, mais également le poids des mutations économiques, sociales et culturelles qui modifient les pratiques liées au livre et à la lecture qui ne cessent de baisser. Selon une récente étude, la Bourgogne regroupe 124 librairies et plus de 800 bibliothèques publiques ! En amont, les auteurs sont nombreux dans la région, et l’on trouve également plusieurs dizaines de maisons d’éditions, mais peu vivent uniquement des revenus de leurs activités littéraires ! Alors lisons, et soutenons la filière du livre !

cuisery
Le marché aux livres à Cuisery (71), labellisé Village du livre.

Les villages du livre en Bourgogne

Signe de l’attachement de la région à son patrimoine littéraire et à la nouvelle création, la Bourgogne compte deux villes labellisées « Village du livre ». La Charité-sur-Loire dans la Nièvre et Cuisery en Saône-et-Loire regroupent chacune une quinzaine de professionnels du livre (libraires, bouquinistes et artisans des métiers du livre) qu’elles ont décidé de mettre en avant par une programmation culturelle tout au long de l’année. Le village de Cuisery propose ainsi des animations pour le Printemps des Poètes, une foire aux livres et un concours de nouvelles. La Charité-sur-Loire s’est fait connaître par son festival du mot organisé chaque année à la fin du mois de mai. Pendant cinq jours, tous les arts sont conviés pour célébrer la langue française. La ville organise également durant l’hiver un marché aux livres le troisième dimanche de chaque mois. Le centre culturel de rencontre actuellement en création aura pour but de prolonger le festival tout au long de l’année par différentes actions. Une balade des mots a même été mise en place. Sur les murs de la ville ou sur les vitrines des commerces, des citations d’écrivains de tous horizons ont été inscrites.

balade des mots
Une citation au détour d’une rue de La Charité-sur-Loire (58), Cité du mot.

Dis moi Dix mots

Chaque année le Ministère de la Culture met en avant 10 mots lors de la semaine de la francophonie. 10 mots auxquels on prend le temps de s’intéresser et de réfléchir en découvrant leur origine mais aussi leurs différents sens. En vous rendant sur le site vous pourrez découvrir cette année comment « amalgame » est un mot qui nous vient directement des alchimistes médiévaux, très utilisé aujourd’hui dans le langage politique, que « sérendipité » tire son inspiration d’un conte oriental, ou encore que le verbe « cibler », qui provient de l’univers des jeux d’adresse, s’est inspiré des stratégies de la guerre pour s’appliquer aux actions de publicité !

http://www.dismoidixmots.culture.fr

Et vous, dites-moi un mot que vous aimez !