Mille et une manières de découvrir le village typique de Chablis. Un article, et bientôt une chasse aux trésors !

CHABLIS . LE SEREIN . YONNE . BOURGOGNE . 13 AOUT 2009 .
Le lavoir de Chablis, construit au XIXè siècle au bord du Serein.

Le petit village de Chablis, au cœur de l’Yonne en Bourgogne, est connu mondialement pour son vin d’exception ! Il l’est moins pour ses ruelles, son patrimoine et son histoire longue de plusieurs siècles. Une lacune qu’il est temps de combler…

Vous avez dit Chablis ?

Si le village a donné son nom au vin qui y est produit, qu’est-ce qui a donné son nom au village ? Deux hypothèses tentent d’en saisir l’origine. La première fait référence au shabl, le câble autrefois tendu au dessus de la rivière Le Serein qui traverse le village, et qui guidait les bateaux pour faire traverser les passagers. La seconde hypothèse rappelle le paysage tel que le voyaient les celtes à une époque lointaine. En langue celte, le mot cab désignait les habitations, huttes et cabanes. Cablaie signifiant alors « habitation dans les bois ».

La fondation de la ville et le patronage de Saint-Martin

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vers 510 une première abbaye est dédiée à Saint-Loup, évêque de Troyes au Vè siècle. Un village est probablement constitué autour. Cet édifice primitif a aujourd’hui disparu mais devait se situer à l’emplacement de l’actuelle collégiale Saint-Martin. Mais c’est à l’époque carolingienne qu’une date va marquer l’histoire de Chablis. Alors que les envahisseurs Normands ravagent les côtes du royaume, les moines de l’Abbaye Saint-Martin de Tours fuient leur fief avec les reliques du saint patron. Trouvant refuge à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, auprès du roi Charles le Chauve qui y séjourne en 867, ils lui demandent de l’aide. Touché, le roi fait don au chapitre de Tours de la ville de Chablis. Les moines se réfugient dans l’Abbaye Saint-Loup et y cachent même les reliques de Saint-Martin entre 872 et 877. Une maison du XVè siècle, située au chevet de l’église Saint-Martin, témoigne de ce lien avec Tours. L’obédiencerie était le siège des représentants de l’abbaye tourangelle lors de leurs déplacement à Chablis. La maison date du XVè siècle, mais ses caves sont plus anciennes !

lobediencerie-de-chablis-photo-obediencerie_0
Maison dite de « l’Obédiencerie », Chablis

Sous protection royale

Malgré la donation de la ville au chapitre de Saint-Martin de Tours, Chablis demeura sous la protection du roi de France jusqu’à la Révolution Française. C’est pour protéger la ville que des remparts furent construits au Moyen Age, de 1405 à 1423, en pleine guerre de Cent Ans contre les Anglais. Les remparts de la ville comprenaient alors vingt-neuf tours, trois pont-levis, trois poternes (petites portes ouvrant généralement dans un fossé) ainsi que des murailles de deux mètres d’épaisseur. Les remparts étaient entourés par un large fossé qui englobait la ville. Les travaux furent financés en partie par le chapitre et en partie par des prélèvements sur la vente de vin! La porte Noël, proche de l’actuelle mairie, marque l’emplacement d’une ancienne porte de la ville. Elle comprend aujourd’hui deux tours rondes reconstruites en 1775 sur les vestiges des anciennes tours carrées. Quelques autres vestiges des remparts sont visibles dans la ville, souvent pris dans les habitations.

chablis_-_porte-noel

Une histoire de vin

Si Chablis est connu pour ses vins, c’est grâce aux moines de l’abbaye de Pontigny, située toute proche. Fondée en 1114 par des moines venus de l’Abbaye de Cîteaux, l’Abbaye de Pontigny est l’une des « Quatre filles de Cîteaux ». Les moines possédaient des terres qu’ils cultivaient, notamment en vigne pour la production de vin. Pour administrer et cultiver leurs possessions à Chablis, les moines formèrent une communauté de frères convers qui s’établirent au « Petit Pontigny » où ils possédaient un cellier et un pressoir. Le Petit Pontigny, fondé en 1128, se trouvait à l’origine près du Prieuré Saint-Côme, au sud de la ville. Le bâtiment fut probablement détruit par un incendie au XVIè siècle. C’est ainsi qu’en 1743 l’abbaye acheta les bâtiments de l’actuel « Petit Pontigny », rue de Chichée, composés d’une grange qui servait de cellier (bâtiment en fond de cour). La cour conserve encore un ancien pressoir horizontal provenant d’un village voisin pour rappeler le passé viticole du lieu.

Les édifices religieux du village

A Chablis si l’on soigne le corps par le vin, on soigne aussi l’esprit ! Trois édifices religieux attestent de la spiritualité des villageois.

L’église Saint-Pierre, construite à partir de 1160, se dressait dans le faubourg de la ville, en dehors du centre. Elle se situait non loin d’un édifice plus ancien construit à l’époque carolingienne et dédié à Notre-Dame-du-Rosaire (probablement dans le cimetière actuel). Malgré la destruction totale du faubourg par les Huguenots en 1568, l’église Saint-Pierre résista.

eglise-st-pierre-chablis
Eglise Saint-Pierre de Chablis

Le village comprenait également le prieuré Saint-Côme, construit à partir de 1190, et soumis à la règle de saint Augustin. Depuis la fin du XVIIIè siècle l’édifice est transformé en maison d’habitation. C’est aujourd’hui une propriété privée.

chablis_-_prieure_saint-cosme_2
Vestiges du Prieuré Saint-Côme de Chablis

Mais l’édifice principal du village fut la collégiale Saint-Martin, en référence au chapitre de Tours, construite entre 1160 et 1220 au cœur du village. De style gothique, l’édifice s’inspire largement de l’architecture de la cathédrale de Sens. Le portail sud, de style roman, est le témoin de la dévotion des habitants et des voyageurs de passage à Chablis envers Saint-Martin, patron des cavaliers. Ainsi la tradition était de clouer sur la porte l’un de fers de son cheval malade ou blessé pour invoquer sa guérison auprès du saint ! Jeanne d’Arc, de passage à Chablis en 1429, aurait elle aussi cloué un fer de son cheval sur la porte en bois !

chablis-collegiale-portail
Portail sud de la collégiale Saint-Martin de Chablis et ses fers cloués

Le monument aux morts

Sur la place de la mairie trône le monument aux morts de Chablis, inauguré en 1922. L’oeuvre commémore les chablisiens tombés aux combat, principalement lors des deux Guerres Mondiales. Le poilu casqué et armé, le torse bombé et penché en avant est l’oeuvre de Cladel, un élève du célèbre Auguste Rodin !

monument-aux-morts

Une chasse aux trésors à Chablis

L’on pourrait dire tant d’autres choses encore sur l’histoire et le patrimoine de ce village viticole renommé… Pour découvrir d’autres secrets et anecdotes sur Chablis, ses vins, mais aussi son patrimoine et sa gastronomie, je vous propose plutôt une chasse aux trésors ! Rendez-vous à Chablis le week-end des 4 et 5 mars.

we-oeno-chablis-yt-1500x1007

Un audioguide est également disponible en téléchargement gratuit pour découvrir la ville et ses richesse. 

A vos agendas !

Publicités

Un commentaire sur “Mille et une manières de découvrir le village typique de Chablis. Un article, et bientôt une chasse aux trésors !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s