Quand Jeannine Cook célèbre « Burgundia » Dessins en pointe de métal

Exposition temporaire au Musée des Arts Naïfs et Populaires de Noyers du 7 au 21 septembre

12002121_435700256616587_8667237393432242096_n
Affiche de l’exposition Jeannine Cook à voir au Musée des Arts Naïfs et Populaires de Noyers. ©Jeannine Cook / Musée des Arts Naïfs et Populaires de Noyers

Jeannine Cook est une artiste étonnante. Née en Tanzanie, de double nationalité britannique et américaine, c’est pourtant à la Bourgogne et à son terroir qu’elle s’est intéressée dernièrement. Le résultat, visible au Musée de Noyers jusqu’au 21 septembre seulement, est une œuvre à part et furieusement contemporaine destinée à célébrer la belle « Burgundia ».

« Fossiles, Manuscrits Enluminés et Vins : une célébration de ‘Burgundia’ en dessins de Pointe de Métal »

Tel est le titre de cette exposition qui résume parfaitement le programme que s’est fixé l’artiste lors de sa résidence à La Porte Peinte, un espace dédié aux arts contemporains dans le petits village médiéval de Noyers-sur-Serein. C’est durant sa résidence en 2015 qu’elle a réalisé cet ensemble de dessins inspirés de la Bourgogne, de son sol datant du Kimméridgien et regorgeant de petits fossiles, et du vin de Chablis qui puise dans ce terroir son parfum minéral.

Chablis Gold (Grape Vine) - Copie
Jeannine Cook, Chablis Gold (Grape Vine), dessin à la pointe d’argent sur papier, aquarelle et feuille d’or. ©Jeannine Cook

Un jour de pluie

Cette série de dessins est le fruit d’un heureux hasard ! A l’annonce de journées pluvieuses, comme la Bourgogne en connaît parfois, Jeannine Cook partit ramasser en pleine nature de quoi peindre en atelier. Feuilles, branches et cailloux bourrés de petites coquilles d’huîtres fossilisées remplirent son panier. De ce terroir bourguignon typique, l’artiste tira des œuvres poétiques aux formes organiques et à l’univers minéral.

La pointe de métal

Du côté de la technique, Jeannine Cook apparaît comme une résistante. Elle est l’une des rares artistes contemporaines qui utilisent encore la pointe de métal pour dessiner, une technique ancestrale mais exigeante ! L’outil est pourtant simple, il s’agit d’une barrette de métal insérée dans un manche en bois. La pointe de métal est l’ancêtre du crayon à papier avant sa généralisation au XVIè siècle grâce à la découverte de mines de graphite pur à Borrowdale en Angleterre.

Déjà en usage dans la Rome antique, la pointe de métal est surtout connue pour être très utilisée dans les monastères au Moyen Age, notamment en Bourgogne ! Elle servait alors aux moines dès le VIII è siècle pour tracer les lignes destinées aux textes des manuscrits ou pour esquisser les enluminures. Elle fut utilisée quelques siècles plus tard par les artistes qui développèrent la technique du dessin à la pointe de métal qui connut son apogée avec les maîtres de la Renaissance, de Pérugin à Raphaël en passant par Léonard de Vinci et Albrecht Dürer.

L’argent est d’or

Parmi tous les métaux utilisés dans cette technique de dessin, c’est l’argent que préfère Jeannine Cook. En frottant la mine d’argent sur le papier, d’infimes particules de métal se déposent sur le support et laissent leur fine trace. Au contact de l’air, les particules métalliques s’oxydent. Les traits prennent alors des teintes variées, passant du gris au brun chaud. Aucun remord possible pour l’artiste car les traits d’argent ne s’effacent pas ! Aussi, doit-elle avoir le geste sûr. Pour saluer une dernière fois la terre de Bourgogne, Jeannine Cook a rehaussé quelques uns de ses dessins à l’ocre jaune ou rouge, autre richesse de notre « Burgundia ».

Vigne de Chablis  - Copie
Jeannine Cook, Vigne de Chablis, dessin à la pointe d’argent sur papier, aquarelle et feuille d’or. ©Jeannine Cook

A voir

Exposition à voir au Musée des Arts naïfs et Populaires de Noyers jusqu’au 21 septembre. Pour les Journées Européennes du Patrimoine 2015, Jeannine Cook animera un discours illustré sur le thème de la géologie (fossiles jurassiques d’huîtres pour le vin de Chablis) avec les manuscrits enluminés, héritage des monastères, sous forme de dessins de Pointe de Métal le samedi 19 et le dimanche 20 septembre à 16h au musée de Noyers.

Ses oeuvres seront également visibles à La Porte Peinte dans l’exposition collective « Quotidiaen » du 25 octobre au 31 décembre 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s